Interview de Sebastian Vettel par les lecteurs de Car Magazine

A quelques jours du Grand Prix du Japon, l’occasion est parfaite pour consacrer un post au champion 2010 du célèbre circuit de Suzuka : Sebastian Vettel, le plus jeune pilote à devenir champion du monde de Formule 1, à  23 ans 4 mois et 11 jours pour être précise, au volant de sa Red Bull-Renault.

Décrochera-t-il son 2e titre le weekend prochain?
Dans l’attente impatiente de le savoir, je vous propose de lire une partie d’une interview, qui vous intéressera si vous êtes fan du pilote automobile allemand, tenue lors du salon de l’automobile de Frankfort 2011 et parue le 23 septembre dernier sur Carmagazine.

Le magazine a donné l’opportunité à quelques-uns de ses lecteurs, des privilégiés sans aucun doute, de soumettre leurs questions au champion de F1, lequel se trouvait sur le stand Infiniti (dont il est l’ambassadeur) pour y présenter sa toute dernière FX50.

Pour tous ceux et celles qui s’entendent bien avec la langue de Shakespeare, vous trouverez l’url de l’article d’origine à la fin de ce post.

Daveandrews13 : Quelle est selon vous la plus grande faiblesse de cette voiture ?
« Franchement, je suis très fier du modèle de cette année. En regardant tous les circuits que nous avons courus jusqu’à maintenant, nous avons toujours été très efficaces. Même sur les circuits que nous n’avons pas remportés, nous avons quand même été bien placés en finissant sur le podium ou juste derrière. Il y a toujours de petites choses que nous pouvons modifier. Il nous est arrivé cette année de rencontrer des difficultés techniques lors de températures très basses et je crois que nous avons identifié la plupart des raisons à ça. Cela dit, les prochaines courses approchent et nous aimerions dans l’idéal avoir plus de temps pour pouvoir procéder à des tests et vraiment comprendre les causes des problèmes que nous avons rencontrés.

Evidemment, toutes les équipes sont dans la même situation mais, de manière générale, je pense que nous pouvons être satisfaits. En 2009, la voiture n’était pas très au point dans les virages à basse vitesse et nous avons eu des difficultés sur les circuits à configurations de déportance faible ou moyenne. Cette année, nous avons travaillé et tiré les leçons de l’année dernière pour apporter un modèle bien plus efficace sur les courses. Plus important encore que la voiture, il y a le côté pratique. Notre équipe travaille en étroite collaboration et c’est pourquoi, même quand les évènements prennent un tour un peu difficile, nous gardons le cap. C’est ce qui fait la différence lorsque vous ne pouvez peut-être pas gagner la course mais que vous venez quand même vous placer en deuxième ou en troisième position. »

Devotee : Comment vous sentez-vous à l’idée de conduire un moteur turbo de 1,6 litre dès 2014 ?
« Je pense que nous devrions revenir aux V12 ! La Formule 1 doit être bruyante, elle doit sentir la puissance. Les fans doivent pouvoir toucher et sentir ce que nous faisons. »

Biram Disai : L’idée d’un GP tout-électrique en 2020 ne vous fait donc pas frissonner d’impatience?
« Il doit y avoir du bruit. En vous promenant dans ce salon de l’automobile vous pourrez constater que, au cours de ces deux ou trois dernières années, les voitures modernes ont réduit leur consommation en carburant de manière incroyable. Quand on parle d’écologie, ce n’est pas la Formule 1 qui va révolutionner le monde en un jour, c’est impossible. Mais nous faisons des efforts et nous en ferons de plus en plus. La F1 est un sport et c’est comme ça qu’il faut la regarder. Mais il y a des éléments essentiels qui ne doivent pas changer. »

RJacob : Est-ce que vous gagneriez quand même une course de F1 contre l’ensemble des pilotes actuels si vous pilotiez tous la même voiture ?
« Mais j’espère bien ! Je crois vraiment que j’aurais mes chances. J’ai beaucoup de respect pour les autres pilotes. Ils sont très rapides mais je crois que j’aurais une chance réelle de les battre. »

JohnnyD : Comment faites-vous pour garder toujours confiance en vous-même ?
« Franchement, je n’y pense pas vraiment. Je n’ai jamais vraiment pensé, après ma victoire l’an passé, que je devais me motiver. Cela semblait naturel de revenir et de dire « D’accord, on recommence », pour placer la barre encore plus haut. Le grand soulagement après mon titre de champion du monde, c’était de savoir que j’en étais capable. Se prouver à soi-même qu’on est au niveau. Ce que les gens pensent, disent ou font n’a pas d’importance. Cela explique certainement un peu pourquoi nous avons été plus relax cette année sur certains aspects. Cela ne veut pas dire que nous n’accordons pas d’importance à la victoire et que nous faisons juste notre boulot, mais qu’au contraire nous savons maintenant ce que nous voulons et comment y parvenir, même quand les choses sont un peu difficiles. »

Pourquoi changez-vous si souvent de casque ?
« Pourquoi ? Parce que ça me plait. Ça m’amuse. Je n’ai jamais eu mon propre design parce que j’ai le logo de Red Bull depuis mes 12 ans. Je joue donc avec ce design tout en gardant le logo identique. Le designer et moi, nous nous amusons bien. Il y en a qui aiment, et d’autres qui n’aiment pas! »

(Interview originale : Carmagazine.co.uk)

Article écrit par notre guest blogueuse Aude.

Hinterlasse eine Antwort

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *

Du kannst folgende HTML-Tags benutzen: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>