Le paysage automobile mondial en 2025 – analyse

Une question souvent abordée par les films de science-fiction : Comment sera notre mode de déplacement individuel ou collectif mi-long dans le futur ? De manière plus concrète : comment sera la voiture de 2025 ?

Dans 4 jeux olympiques d’été, en 2 mots : demain, il faudra avoir répondu à la question. Au cœur de cette question : des enjeux énergétiques, des questions écologiques, des thèmes qui traitent de l’humain, de la structure familiale ou sociale et des remises en question qui iraient jusqu’à rendre obsolète la roue.

Automotive Landscape 2025 est le nom d’une étude qui a été menée par le cabinet Roland Berger. Cette enquête confirme la présence de plus en plus concrète de technologies déjà en cours d’implémentation.

Le plus gros changement se concentre sur le marché : grosse migration des flux de production et de consommation sur l’Asie, avec des prévisions de suppression de 300 000 postes en Europe. L’Europe pourrait garder des emplois et en créer grâce à l’avantage technologique et à la création de partenariats. L’étude s’avance sur un chiffre d’1 million d’emplois.

Autre modification importante dégagée par l’étude : les voitures petites, bas de gamme et low cost permettront de mieux répondre à des contraintes écologiques et financières.

Changement social et comportemental : l’automobile cesse d’être un symbole de statut social, elle devient un vecteur d’état d’esprit et de convictions personnelles.

Au niveau des segments de motorisation, les véhicules hybrides représenteront 40% des ventes et les tout électriques 10%.

Personnellement, sur ce dernier point, je voyais une évolution plus forte et plus rapide mais peut-être que le lobby pétrolier est plus puissant que je ne le pense.

Source : blog.auto-selection.com/automobile-2025-evolutions/

2 Responses to Le paysage automobile mondial en 2025 – analyse

  1. Alex Agadir sagt:

    C’est sure que ce sera des voitures écologiques et économiques et aussi plus puissantes, et peut-être, seront des voitures sans chauffeurs.

  2. “l’automobile cesse d’être un symbole de statut social”, il faut aller plus loin : penser à ce qu’est la liberté de se déplacer aussi facilement que le permet la voiture individuelle, cette liberté ne va-t-elle pas à l’encontre d’une amélioration de la qualité de vie de tous ? Comme on commence à penser la production / consommation d’énergie en réseau ne faut-il pas penser véritable Réseau de transport. On doit garder la liberté de se déplacer mais pas de disposer du moyen de le faire (sauf bicyclette)
    Si l’on est capable de concevoir une grande ville interdite aux automobiles alors on doit pouvoir le faire à des échelles de plus en plus grandes.
    Le véhicule individuel est une ABSOLUE POLUTION !

Hinterlasse eine Antwort

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *

Du kannst folgende HTML-Tags benutzen: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>